Bienvenue à Cendras

La commune de Cendras, qui pourrait n'être qu'une commune dortoir aux portes d'Alès, a su conserver une vie de village riche de la diversité de ses activités associatives, culturelles et sportives. Riche aussi des ses activités économiques (commerces, marché de plein air, artisanat, tourisme, agriculture) et de ses services administratifs (poste), culturels (médiathèque, écomusée, école de musique), sociaux (centre social) et médicaux (médecin, dentiste, pharmacies, kinés, ostéopathe, infirmières, maison de retraite). La proximité d'Alès permet d'accéder facilement à tout ce que l'on peut trouver dans une ville moyenne.

Le bulletin de mars 2017 est paru

Le bulletin de janvier 2017 est paru

Le bulletin municipal de mai 2015 est paru

Le bulletin municipal de mai 2015 est paru (télécharger ici), en voici l'édito du maire:


"Faire peur (avec le terrorisme), diviser (avec les immigrés), contraindre (avec le chômage et la précarité), tromper (avec l’arnaque de la dette par exemple), désarmer (avec la baisse du budget culturel ou l’information à sens unique des grands médias), éloigner (le pouvoir du citoyen avec la réforme des institutions en cours), dans les hautes sphères du pouvoir économique et politique on a mis en place un impressionnant arsenal d’actions pour lever toute velléité au peuple d’exiger l’arrêt de cette politique désastreuse, au seul service des affairistes et des nantis.

Pourtant, à y regarder de plus près, de quoi peut-on se rendre compte? Que cette politique, menée par notre pays et par bien d’autres, au seul service de la finance, qui, au niveau mondial aussi a des effets dévastateurs (voir les milliers de réfugiés politiques, économiques, climatiques, qui fuient leur pays semaine après semaine et finissent souvent noyés dans la Méditerranée).

Que ce sont souvent ces mêmes pays, dont le nôtre, qui arment les dictatures qui financent le terrorisme (une des rares réussites de notre Président, triste réussite, n’est-elle pas d’avoir réussi à vendre des avions militaires Rafale aux dictatures du Golfe?).

Que le chômage (3,5 millions de chômeurs et 5 millions de demandeurs d’emploi en France, un record) est voulu, organisé, avec des délocalisations permises par la mondialisation ultralibérale, ceci pour faire pression sur les salaires et les conditions de travail.

Que la dette, française comme grecque, au nom de laquelle on nous impose l’austérité et la casse des services publics, n’est pour une bonne part que le résultat des énormes cadeaux fiscaux faits aux plus riches (qui sont autant de moyens en moins pour rembourser) et des intérêts prohibitifs versés aux créanciers (les grandes fortunes et les banques), qu’elle est donc en partie illégitime, voire illégale et même odieuse et qu’elle peut donc être en partie annulée sans problème.

Face à cela, la réforme territoriale en cours qui, avec la création des grandes métropoles et la volonté de liquider départements et communes, a pour but d’éloigner le plus possible les citoyens de leur lieu de pouvoir, cette réforme vise à désarmer les citoyens et à laisser le champ libre à la finance. La commune, lieu de proximité, de rencontre, de rapports humains, de solidarité, est la cellule de base de la démocratie. C’est à cette échelle que le citoyen peut le mieux échanger, débattre, s’organiser, s’impliquer, et du coup surmonter la peur, refuser la division, dépasser la contrainte, déjouer le mensonge et la désinformation et ainsi exiger d’autres choix.

On le voit, la défense de la commune n’est pas une histoire de boutique mais un enjeu de la plus haute importance, la défense de la démocratie, rien de moins!"

 

Yannick Louche

Le bulletin municipal de janvier est paru

Le bulletin municipal est disponible en version papier à la mairie et en version numérique sur ce site. Téléchargez ici.

En voici l'édito du maire:

 

L’année 2015 a commencé de façon dramatique. En effet les attentats contre la rédaction de Charlie hebdo et contre un magasin casher qui ont fait 17 morts, ont traumatisé le pays tout entier.

Cette terrible violence exercée notamment contre des journalistes symbolisant la liberté de conscience et d’expression, par des individus se réclamant abusivement d’une religion qu’ils salissent profondément, a créé une onde de choc dans le pays tout entier ; lequel a réagi de superbe façon, des millions de femmes et d’hommes défilant le dimanche 11 janvier, dans une grande dignité, pour rendre hommage aux victimes et réaffirmer avec force les principes fondamentaux de notre République tels la liberté de conscience, la liberté d’expression, la liberté de la presse, la laïcité, la fraternité.

Bien sûr, après la colère et l’émotion, il convient de prendre les mesures pour assurer la sécurité de nos concitoyens sans sombrer dans le tout sécuritaire ni porter atteinte aux libertés. Mais il convient surtout d’analyser les raisons qui amènent à de telles situations, de se poser toutes les questions sans rien éluder et, à partir de là, de prendre ses responsabilités, les politiques comme les religieux, les décideurs économiques comme les enseignants, les intellectuels comme les associatifs, les citoyens dans leur ensemble.

Au forum de Davos qui réunit les décideurs et les plus riches de la planète, on vient de révéler que 50% de la richesse mondiale sont détenus par 1% de la population ; que les 80 personnes les plus riches du monde possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres. Tant de richesses accumulées et stérilisées d’un côté, tant de misère, de chômage, de détresse, d’exclusion, de frustration et de manque d’espoir de l’autre. Ce n’est plus supportable. Une telle violence sociale ne peut qu’engendrer d’autres violences.

Il y a un siècle exactement un autre journaliste, Jean Jaurès, était assassiné parce qu’il voulait éviter la guerre, dénonçant l’engrenage sans fin de la violence et de la guerre.

Travaillons le vivre-ensemble nous dit-on. Certes, mais une politique qui aggrave les injustices, le chômage, l’austérité, la baisse de la dépense publique, la liquidation des services publics de proximité, l’éloignement des lieux de décision et les coups portés à la démocratie de proximité avec la réforme territoriale en cours, tout cela favorise-t-il le vivre-ensemble ?

Voilà entre autres des questions sur lesquelles l’ensemble des citoyens a sans doute le devoir de réfléchir et de s’exprimer pour espérer construire ensemble un monde ou l’intelligence, la solidarité et la fraternité règleront les rapports humains, plutôt que les armes (dont au passage notre pays est un des plus grands fabricants et pourvoyeurs !)

Dans un tel contexte, c’est ce que, au nom du conseil municipal, je souhaite à l’orée de l’année 2015.

Yannick LOUCHE

 

Cérémonie des vœux 2015

La cérémonie des vœux de la municipalité a eu lieu vendredi.

Lire le compte-rendu dans la presse: 

LMA 0111.pdf
Document Adobe Acrobat 199.8 KB








Le bulletin municipal de décembre 2014 est sorti,

téléchargez ici,

En voici un extrait: l'éditorial du maire:

 

Deux mois et demi de pluie, parfois violente, ça met le moral en berne et ça occasionne des dégâts matériels ; dégâts chez les particuliers qui, après une attente difficile, ont enfin vu arriver la déclaration d’état de catastrophe naturelle ; dégâts sur la voirie communale chiffrés à hauteur de 200 000 euros, sur les pistes DFCI chiffrés à 80 000 euros, dégâts pour lesquels nous sommes assurés de seulement 22% d’aide (10% du département, 12% de la région et rien pour le moment de l’Etat). Dans ces conditions, les réparations vont sans doute prendre du temps.

On dit que ces phénomènes d’épisodes cévenols sont s’accélérer avec le dérèglement climatique ; cela nous conforte dans nos choix via l’Agenda 21 : transition énergétique (économie d’énergie, énergie renouvelable), circuits courts, relocalisation des activités économiques…

Or, dans ce besoin évident de relocalisation, de changement de paradigme économique et sociétal (le progrès dans la sobriété pour faire court), les choix de l’Etat ou des grands services et des grandes entreprises de liquider tout ce qui ne leur parait pas assez rentable financièrement à court terme (on le voit concrètement chez nous aujourd’hui avec la Poste, la pharmacie des mines, Internet dans nos campagnes…) sont de mauvais choix que nous combattons, tout comme la réforme territoriale en cours qui est faite pour concentrer les populations et les moyens dans les métropoles au détriment d’un aménagement harmonieux et durable du territoire et au détriment de l’exercice de la démocratie de proximité ; avec la volonté de réduire les dépenses publiques au seul profit des dividendes des actionnaires.

Ne perdons jamais de vue que la réalité socio économique de notre planète c’est que les 80 personnes les plus riches au monde possèdent autant que les 3 milliards de personnes les plus pauvres. Il y a donc du grain à moudre pour une société plus juste, plus solidaire et plus respectueuse de l’environnement !

Pour changer cela, il faut connaître, il faut réfléchir, il faut comprendre, il faut débattre. Les rencontres Lire délivre participent à cela, et l’édition 2014, comme le montre le dossier de ce journal, fut un grand cru. C’est réconfortant.

 

 

 


NOS SERVICES DE PROXIMITÉ EN DANGER

 

 

SAUVONS NOTRE POSTE

ET NOTRE PHARMACIE DES MINES !!!

 

Suivant toujours la logique de profit accru par la réduction du service public et du personnel, les directions de la Poste et de la CARMI ont décidé respectivement de fermer partiellement et à partir du 8 décembre notre bureau de poste de Cendras et définitivement dès le 1er janvier la pharmacie des mines.

En effet, nous venons de recevoir, de la part du directeur local du réseau la Poste, Mr Jean Noël DURIS, les nouveaux horaires qui prévoient la fermeture de notre bureau de poste le lundi, mardi et mercredi après midi ainsi que le samedi matin. Cette annonce inacceptable laisse envisager une fermeture définitive à terme.

De plus, le directeur de la CARMI, Mr ROGNIE, vient d’annoncer également la suppression de la pharmacie des Mines à partir du 1er janvier 2015.

C’est un véritable coup dur pour les Cendrasiens qui fréquentent quotidiennement ces services de proximité. Ces derniers répondent à des besoins essentiels de la population et maintiennent un lien social indispensable pour notre commune.

Encore une fois, cette logique économique qui n’a aucun sens se fait au détriment du plus grand nombre.

Nous nous opposons fermement à ces décisions ainsi, nous vous invitons, citoyens, usagers, mineurs, personnels à une mobilisation pour sauver nos services de proximité et à venir signer les pétitions :  

 

 

RASSEMBLEMENT

SAMEDI 6 DECEMBRE A 10H30

SUR LE PARKING DE LA POSTE DE CENDRAS

(Entre la poste et la pharmacie des mines)

 

La municipalité de Cendras

Conférence de Raymond Huard vendredi soir
Conférence de Raymond Huard vendredi soir
Soirée texte image et musique sur les arts en 14-18.
Soirée texte image et musique sur les arts en 14-18.
Passionnante conférence de Charles Silvestre sur Jaurès, samedi après-midi.
Passionnante conférence de Charles Silvestre sur Jaurès, samedi après-midi.
Histoire d'un rat de guerre... samedi soir.
Histoire d'un rat de guerre... samedi soir.
Beaucoup d'émotion pour le spectacle de chanson et lecture de lettres de poilus, dimanche en fin de matinée.
Beaucoup d'émotion pour le spectacle de chanson et lecture de lettres de poilus, dimanche en fin de matinée.
la foule fut nombreuse durant tout le week-end et notamment pour écouter Patrick Cabanel dimanche après-midi.
la foule fut nombreuse durant tout le week-end et notamment pour écouter Patrick Cabanel dimanche après-midi.
Des rencontres qui se sont terminées par un passionnant débat sur l'avenir des Cévennes.
Des rencontres qui se sont terminées par un passionnant débat sur l'avenir des Cévennes.

Réforme territoriale

Le maire et les élus en conférence de presse à Alès le 7 octobre 2014
Le maire et les élus en conférence de presse à Alès le 7 octobre 2014

Ci-dessous le texte de la conférence de presse donnée le 7 octobre 2014 par le maire Yannick Louche et les conseillers municipaux de Cendras, à propos de la réforme territoriale

 

 

Madame, Monsieur,

 

Samedi 20 septembre la commune de Cendras, comme d’autres communes du secteur alésien, a subi d’importants dégâts en raison d’un épisode cévenol particulièrement violent. Force est de constater que la réactivité et l’engagement des services municipaux et départementaux, donc des services publics de proximité, ont permis le jour même d’aider les habitants les plus impactés (dégagement, nettoyage, rééquipement, relogement….) et de rétablir l’essentiel des circulations et des réseaux.

Ces services publics de proximité sont portés par deux collectivités, la commune et le département ; or, ce sont ces deux collectivités, commune et département, que la future réforme territoriale prévoit de faire disparaître !

N’y a-t-il pas là matière à réflexion ?

L’actualité permet de se questionner à partir d’une situation concrète sur le fond de la question, mais revenons d’abord au cadre et à la façon dont les choses s’engagent sur cette très importante question qu’est la réforme territoriale.

Cette réforme est, on le sait, engagée depuis quelques temps. Une première partie, concernant les métropoles, est d’ores et déjà votée. La suite, concernant le « bloc local », les départements et les régions est aujourd’hui en débat au parlement pour être votée dans quelques mois, est-il dit.

On pourrait alors s’attendre, pour une réforme aussi cruciale, à ce que les élus s’évertuent à débattre, et à informer et faire débattre la population sur le sens et le contenu de cette réforme.

Or ce qui est essentiellement porté par la plupart des « grands élus » et répercuté par la majorité des medias, ce n’est pas le sens, le contenu, la portée de ce projet de réforme, mais le fait qu’elle est inéluctable comme proposée et du coup ces mêmes « grands » élus sont déjà à l’étape de son application, par anticipation, en faisant fi de l’avis des « petits élus » et des populations et en travaillant aux futurs périmètres en fonction des ambitions et des carrières politiques des uns et des autres, semble-t-il.

Et ce petit jeu semble avoir atteint même le Pays Grand’Combien ces derniers jours !

En effet, c’est la presse locale qui nous a avertis le 02 septembre que Mr Bouix, élu d’opposition de droite à La Grand’Combe et au Pays Grand Combien, plaidait pour le rattachement du Pays Grand’Combien à l’agglo d’Alès.

La réponse du Maire de la Grand’Combe et Président du Pays Grand’Combien, Patrick Malavieille, arrivait dans la même presse le 04 septembre, expliquant qu’après avoir discuté avec les maires (lesquels ? pas avec celui de Cendras en tous cas !) il répondait en laissant entendre que la solution qui semblait la seule possible était celle de la fusion avec l’agglo, utilisant le faux argument de l’obligation, par la loi à venir, pour les intercos de moins de 20 000 habitants de fusionner avec une interco de plus de 20 000 habitants (en fait le projet prévoit que les intercos devront à terme regrouper au minimum 20 000 habitants, ce qui n’est pas pareil et ce qui est contesté par nombre d’élus, notamment ruraux, au niveau national).

Le 06 septembre, la même presse relate le positionnement commun de l’élu de droite Bouix et de l’élu PS de Cendras, Kamel Belkacemi ; les deux expriment leur choix pour la fusion avec l’agglo en concluant : « qu’est-ce qu’on attend pour être heureux?»!

Ajoutant à cela que des membres du personnel du Pays Grand’Combien ont été informés cet été de la future fusion avec l’agglo par le président du Pays Grand’Combien et par des cadres, ceci à l’insu des élus du Pays Grand’Combien. En effet, la question n’avait jusqu’alors jamais été à l’ordre du jour des instances de la communauté et donc aucune stratégie n’avait été ni proposée et à fortiori ni retenue.

C’est seulement au bureau du 09 septembre que la question a été abordée par le Président qui a annoncé qu’en tant que Maire de La Grand’Combe il allait faire voter à son conseil du 16 septembre la demande au Préfet du Gard d’étudier le rapprochement Pays Grand’Combien-Agglo. (demande en effet votée à l’unanimité du Conseil Grand’Combien le 16 septembre).

Une telle démarche, sur un sujet aussi important, relève plus d’un oukase que d’une démarche démocratique et fait montre d’un mépris certain à l’égard des élus intercommunaux.

En tous cas les élus de la majorité que nous sommes, à Cendras, même s’ils admettent bien évidemment que toutes les options sont à discuter, n’apprécient pas du tout la façon dont les choses s’engagent et le disent.

Mais au-delà de la forme, et au-delà du choix Alès ou pas Alès que l’on sera amené à faire en son temps, et si possible démocratiquement, en informant la population sur les enjeux et en la consultant, la question première qu’il s’agit de se poser n’est-elle pas celle du sens et des conséquences prévisibles de la réforme en cours ; et l’action première qu’il convient de mener n’est-elle pas le combat pour remettre en cause ou tout au moins amender ce projet ?

Qu’en est-il réellement et succinctement ?

Le projet prévoit de faire grossir les régions et de mettre en place des métropoles, lesquelles métropoles et régions perdraient la clause de compétence générale et se répartiraient les compétences des départements appelés à disparaître en 2020 ; aux métropoles échoiraient l’essentiel des compétences des communes qui deviendraient des coquilles vides, sans compétences essentielles et sans moyens.

Ainsi ce sont les services publics de proximité et la démocratie de proximité qui disparaitraient avec la suppression des départements, « l’effacement » des communes et la liquidation des syndicats intercommunaux.

Si l’on reprend l’exemple du Pays Grand’Combien qui rejoint l’agglo, ce n’est pas l’agglo qu’il va rejoindre, mais le pôle métropolitain Alès-Nîmes et bientôt, semble-t-il, la métropole d’Alès à Sète avec Montpellier pour chef-lieu. Dans cette configuration, le département disparait, c’est sûr, et que restera-t-il aux communes, sachant que déjà le champ des compétences de l’agglo (champ élargi lors du dernier conseil d’agglo) est celui-ci : économie, urbanisme, logement, politique de la ville, voirie, environnement, ordures ménagères, équipements culturels, équipements sportifs, assainissement, écoles, périscolaire, écoles de musique, petite enfance, enfance, jeunesse, restauration scolaire, tourisme, restructuration urbaine, éclairage public, numérique, santé publique, système d’information géographique, manifestations artistiques, sécurité publique, risques majeurs (cf délibération N°8 du conseil d’agglo du 25 septembre 2014).

Il restera aux communes l’état civil, le CCAS et la gestion des cimetières !

Ainsi, on le voit bien, ce qui est en jeu avec cette réforme c’est la casse du système politico administratif mis en place à la Révolution, et par la même la casse d’une bonne part du système démocratique de notre pays avec la fin de la démocratie de proximité et la mise en place de nouvelles féodalités.

L’urgence n’est donc pas le choix agglo ou pas agglo, l’urgence c’est de combattre ce projet de loi. D’ailleurs il est à remarquer que Patrick Malavieille lui-même, tout comme Claude Cerpédes, ex candidat aux sénatoriales et soutien actif au projet de fusion avec l’agglo, considèrent ce projet de réforme comme mauvais et dangereux. Contradiction, double langage ? Claude Cerpédes vient même de voter, en tant que Vice-Président de l’agglo, l’extension des compétences de l’agglo à l’urbanisme et aux affaires scolaires tout en déclarant être contre ; comprenne qui pourra !

Alors, l’argument massu c’est : on n’a plus les moyens, on n’a pas le choix. C’est une vraie question car effectivement la crise (pas pour les actionnaires) et la fameuse dette permettent aux gouvernements successifs d’imposer l’austérité aux collectivités et de remettre en cause les services publics en ratatinant la dépense publique ; ceci pour mieux servir les intérêts des insatiables actionnaires. Il est donc vrai qu’il est de plus en plus difficile de gérer les collectivités, mais accepter la réforme telle qu’elle nous est présentée, c’est liquider la démocratie de proximité et les services publics de proximité, leurs personnels et leur statut, c’est faire place nette à la privatisation et à la finance. Vivendi, Eiffage et autre Véolia n’attendent que cela.

Le Président du Pays Grand’Combien dénonce le projet de réforme mais propose de l’appliquer avant qu’elle ne soit débattue et votée !

Messieurs Bouix et Belkacemi lui emboitent le pas, déclarant : Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Nous, élus Cendrasiens, disons : face à un projet aux conséquences si graves, qu’est-ce qu’on attend pour se battre ?

En conclusion, sachant bien qu’on va continuer à essayer de nous faire passer pour des ringards et des passéistes un peu isolés et jusqu’au boutistes, nous répondons :

- d’une part que nous ne refusons pas une réforme devant répondre aux évolutions sociétales évidentes, mais nous refusons qu’au nom de cela on liquide un système solidaire et démocratique au seul profit de la finance. Réforme, modernité et efficacité peuvent se conjuguer avec solidarité et démocratie.

-d’autre part qu’il semblerait qu’il y ait beaucoup plus de monde qu’on le dit qui seraient de notre avis mais à qui on ne donne pas beaucoup la parole ; nous voulons parler de l’association des élus communistes et républicains et plus généralement du front de gauche ; mais aussi de l’association des maires ruraux qui regroupe plus de 10 000 Maires en France ; mais aussi des ¾ des citoyens français, excusez du peu, qui régulièrement expriment dans les sondages et enquêtes d’opinion leur attachement à la commune, à la démocratie de proximité qu’elle porte, au service public de proximité qu’elle organise.

Tout ceci nous permet de penser que non, cette mauvaise réforme n’est pas inéluctable, et nous allons continuer à la dénoncer et à proposer autre chose.

 

Inondations: ce qu'il faut faire maintenant

La commune de Cendras a été pas mal sinistrée lors de l’épisode cévenol de samedi dernier : dégâts sur la voirie, les réseaux, les pistes DFCI ; beaucoup de dégâts aussi chez les particuliers avec des appartements et des caves inondés, des véhicules détruits, et des murs effondrés, etc….

Fort heureusement il n’y a pas eu de dégâts corporels.

De l’aube à la nuit, un gros travail a été effectué samedi pour parer au plus pressé. La municipalité remercie pour leur engagement important et efficace l’équipe du personnel communal, les techniciens des routes du conseil général, le salarié d’astreinte du syndicat de l’eau grâce auxquels on a pu rétablir l’eau potable et la circulation pour la presque totalité des habitants. Elle remercie aussi le conseiller général Jean-Michel SUAU pour son appui via les services sociaux du département, le secours populaire et la société Néolia pour un relogement d’urgence, ainsi que tous ceux qui sont venus en aide a des voisins en difficulté ou a des automobilistes en péril durant la nuit.

Le travail continue, la municipalité a demandé dès le lundi matin la reconnaissance par l’Etat de l’état de catastrophe naturelle.

A ce propos, il est signalé aux habitants qui ont eu des dégâts de venir en faire la déclaration en mairie dans les dix jours (descriptif sur papier libre et si possible photos à l’appui) ; ils doivent aussi le déclarer à leur assureur. De plus, il convient de contacter la mairie pour ceux qui ont besoins de rencontrer une assistante sociale (Tel mairie : 04.66.30.40.72)

 

Les concerts se poursuivent

Beau succès pour les premiers concerts de l'abbaye.

Le programme se poursuit avec:

 Mercredi 6 août:  (21 heures), concert de Symphonic Balzar.

 Jeudi 7 août:  (21 heures), concert piano solo de Nicolas Dross.

 Vendredi 8 août:  (21heures), Concert du trio Trocadéro (piano, violon et violoncelle).

Visite du député William Dumas, les associations l'interpellent

Le député de la circonscription, William Dumas, était en visite à Cendras, jeudi 24 juillet, à l’occasion d’une tournée estivale des villages cévenols.

 

Si ces rencontres sont habituellement fréquentées par un public très restreint, cette année l’inquiétude est telle, notamment dans le milieu associatif, que l’accueil du député fut plus dense.

 

Autour de la table, le maire de la commune, comme il se doit, des élus du conseil municipal (ceux qui ne sont pas en vacances), le président des Jardins du Galeizon et la présidente du centre social notamment. Tous ont longuement expliqué leur situation, de façon concrète et argumentée, avec émotion aussi.

 

Ces gens sont plus qu’inquiets du fait de l’annonce faite par le ministère qui sort Cendras de la politique de la ville (lire par ailleurs dans ce blog). Ceci s'ajoutant à d'autres baisses de financement. C’est, pour la commune, pour le centre social, pour Les Jardins du Galeizon (association d’insertion) un avenir bien noir qui se dessine. Pour ajouter à l’inquiétude, une rencontre était prévue au ministère qui a été reportée à la rentrée (lire par ailleurs).

 

« Nous sommes à l’os » a commenté le maire pour expliquer la situation. « L’Etat français aussi est à l’os » a répondu le député qui a cependant assuré l’auditoire de son attachement à obtenir la rencontre annoncée au ministère afin de demander des explications et voir comment envisager l’avenir au mieux.

 

 Le Maire à toutefois attiré l'attention du député sur le fait que si l'Etat manque d'argent, il vaudrait mieux qu'il oriente ses recherches non pas sur les associations ou les collectivités, mais plutôt sur ceux qui s'enrichissent à tout va grâce aux cadeaux de l'Etat, et sur ceux qui fraudent ou qui pratiquent l'exil fiscal à grande échelle.

Le Maire, en conclusion, a pu exprimer, au nom du Conseil Municipal, son opposition sur le fond et sur la forme (totalement anti démocratique) à la réforme des institutions en cours (super régions et métropoles contre départements et communes).

 

Politique de la ville: la ministre a annulé la rencontre avec les élus

Par l’entremise des députés des 4ème et 5ème circonscriptions, suite à la colère exprimée par les élus et les associations des 10 communes du bassin d’Alès à l’annonce par le gouvernement de leur exclusion de la géographie prioritaire de la politique de la Ville, un rendez-vous était convenu ce mardi 22 Juillet à Paris avec la Ministre de la Ville, Madame Najat VALLAUD-BELKACEM, afin que soit discuté le maintien dans le dispositif de toutes les communes qui y étaient précédemment.

Or le rendez-vous a été annulé par le ministère sine die.

Il va de soi que les élus et les associations qui se sont mobilisés contre cette décision injuste et lourde de conséquences vont continuer à revendiquer la révision de cette décision, à demander l’obtention d’un rendez-vous au ministère et à poursuivre la mobilisation, au nom des besoins d’un territoire des plus sinistrés du pays et au nom de la plus élémentaire équité.

 

Pour le CUCS Piémont Cévenol

Y.LOUCHE

 

Au programme des concerts de l'Abbaye

Pour sa neuvième édition, le festival de musique classique Les Concerts de l’Abbaye, sous la direction de Thierry Jam, se déroulera du 3 au 8 août sous les voûtes de notre vénérable abbaye. Il y aura toujours libre participation aux frais et rencontre avec les musiciens autour d’un verre offert, à l’issue des concerts. Tous les concerts ont lieu à 21 heures.

Dimanche 3 aout

Nuit de la mélodie et de l’opéra français (Bizet, Gounod, Fauré) avec la soprano Fleur Catalano, le ténor Fabrice Lopez et Thierry Jam au piano.

Mardi 5 août

Soirée piano solo (Debussy, Scriabine, Olivier Veil) avec Thierry Jam.

Mercredi 6 aout

Symphonie Balzar avec Manuel Wicquart (clarinettes) et Renaud Gremillon (accordéon piano)

Jeudi 7 août

Un jeune prodige du piano : Nicolas Dross (Beethoven, Scriabine, Chopin).

Mercredi 8 août

Trio Trocadero (piano, violon, violoncelle)

Joseph Haydn: Trio No.39  Hob. XV25 

Jacques de la Presle: Le Jardin mouillé (piano)

Gabriel Fauré: Mélodies (violoncelle+piano)

Bela Bartok: Dances Roumaines (violon+piano) 

Franz Schubert: Trio No.1 Op.99 D898

 

Le bulletin municipal de juillet est paru (extrait)

Editorial

Pendant que l’attention du plus grand nombre est détournée par le Mondial, le gouvernement s’active. En effet, dans la droite ligne du gouvernement Sarkozy, le gouvernement Hollande s’évertue à liquider, avec une frénésie peu commune, les acquis socio-économiques du front populaire, du Conseil national de la Résistance et des Trente Glorieuses réunis (entreprises publiques, services publics, statuts des salariés et systèmes de solidarité), mais aussi les acquis démocratiques de la Révolution française (communes et départements promis à la disparition).

Il fait cela à marche forcée, n’imaginant même pas soumettre tous ces projets (aux conséquences économiques sociales et démocratiques si importantes) à l’avis des citoyens. Et on donne des leçons de démocratie au monde entier !

En parallèle, ces projets sont accompagnés d’une politique d’austérité à l’égard des salariés, des retraités, des collectivités territoriales, aux conséquences catastrophiques en terme d’économie, de solidarité, de pouvoir d’achat et d’emploi.

Sous la pression constante du Medef au niveau national et des lobbies industriels et financiers au niveau européen, ces politiques sont en fait très bien construites et coordonnées pour lever toute entrave à la recherche de super profits financiers pour une minorité qui ne cesse de s’enrichir, au détriment de la masse des autres qui ne cessent de s’appauvrir (voir la Grèce, l’Espagne ou le Portugal et nous, de plus en plus).

Dans ce bulletin, avec la baisse des dotations aux collectivités et à l’insertion, l’exclusion de la politique de la ville, les menaces de big bang territorial ou les menaces sur la Poste (auxquels on pourrait ajouter la poussée du chômage et de la précarité) on mesure très concrètement les réalités et les conséquences de tels choix politiques.

Dès le coup de sifflet final du Mondial, il serait important que le peuple s’active à renforcer sa défense et à passer à l’offensive, seul moyen de marquer des points contre un adversaire (la finance) coriace et insatiable.

Bon été à tous.

Yannick Louche

(Téléchargez la totalité du bulletin municipal surt la page d'accueil)

La dotation gouvernementale a baissé de 10000 euros

Dans le cadre de sa désastreuse politique d’austérité, le gouvernement diminue ses dotations aux communes. Cette année Cendras aurait pu espérer 10000 euros de plus en tenant compte de l’évolution du coût de la vie, mais en fait ce sont 10000 euros de moins qui ont été notifiés. Aussi le conseil municipal, par 18 voix pour et une contre, a-t-il faite sienne la motion suivante proposée par l’association des maires de France:

Les collectivités locales, et en premier lieu les communes et leurs intercommunalités, risquent d’être massivement confrontées à des difficultés financières d’une gravité exceptionnelle. Dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros qui sera décliné sur les années 2015-2017, les concours financiers de l’Etat sont en effet appelés à diminuer :

- de 11 milliards d’euros progressivement jusqu’en 2017,

- soit une baisse cumulée de 28 milliards d’euros sur la période 2014-2017.

Dans ce contexte, le Bureau de l’AMF a souhaité, à l’unanimité, mener une action forte et collective pour expliquer de manière objective la situation et alerter solennellement les pouvoirs publics sur l’impact des mesures annoncées pour nos territoires, leurs habitants et les entreprises. L’AMF, association pluraliste forte de ses 36.000 adhérents communaux et intercommunaux, a toujours tenu un discours responsable sur la nécessaire maîtrise des dépenses publiques ; aussi, elle n’en est que plus à l’aise pour dénoncer cette amputation de 30% de nos dotations. Quels que soient les efforts entrepris pour rationaliser, mutualiser et moderniser l’action publique locale, l’AMF prévient que les collectivités ne pourront pas absorber une contraction aussi violente de leurs ressources.

En effet, la seule alternative sera de procéder à des arbitrages douloureux affectant les services publics locaux et l’investissement du fait des contraintes qui limitent leurs leviers d’action (rigidité d’une partie des dépenses, transfert continu de charges de l’Etat, inflation des normes, niveau difficilement supportable pour nos concitoyens de la pression fiscale globale). La commune de Cendras rappelle que les collectivités de proximité que sont les communes et leurs intercommunalités sont, par la diversité de leurs interventions, au cœur de l’action publique pour tous les grands enjeux de notre société :

- elles facilitent la vie quotidienne de leurs habitants et assurent le « bien vivre ensemble » ;

- elles accompagnent les entreprises présentes sur leur territoire ;

- enfin, elles jouent un rôle majeur dans l’investissement public, soutenant ainsi la croissance économique et l’emploi.

La diminution drastique des ressources locales pénalisera à terme nos concitoyens, déjà fortement touchés par la crise économique et sociale et pourrait fragiliser la reprise pourtant indispensable au redressement des comptes publics.

En outre, la commune de Cendras estime que les attaques récurrentes de certains médias contre les collectivités sont très souvent superficielles et injustes.

C’est pour toutes ces raisons que la commune de Cendras soutient les demandes de l’AMF :

- réexamen du plan de réduction des dotations de l’Etat,

- arrêt immédiat des transferts de charges et des mesures normatives, sources d’inflation de la dépense,

- réunion urgente d’une instance nationale de dialogue et de négociation pour remettre à plat les politiques publiques nationales et européennes impactant les budgets des collectivités locales.

 

Perte de la politique de la ville, le maire écrit à la ministre

Au chapitre des « bonnes nouvelles », le gouvernement a décidé d’exclure Cendras du bénéfice de la politique de la ville (serions-nous devenus plus riches qu’Uzès!). Voici la lettre (votée en conseil municipal par 18 voix pour et une abstention) adressée par le conseil municipal à Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et sports.

Premier acte d’une bataille que nous allons mener.

 

Madame la Ministre,

 

Par courrier daté du 09 juin 2014, vous nous avertissez du fait que nous n’aurons désormais plus de quartier classé en zone prioritaire au titre de la politique de la ville, ceci après étude de la nouvelle géographie des quartiers prioritaires (qui doivent être des quartiers urbains concentrant une population à bas revenus) selon, dites-vous, une méthodologie objective.

Or, force est de constater que cette méthodologie dite objective donne des résultats surprenants ; en effet, des communes aussi pauvres que Cendras, mais aussi les Salles du Gardon, Bessèges, Molières sur Cèze dans le CUCS du Piémont Cévenol, se trouvent exclues alors que des communes comme Uzès, dans le Gard, pour ne citer qu’elle, vont pouvoir émarger à la politique de la ville !

Sans nier, bien sûr, la présence de populations en situation d’exclusion dans ces communes, il est évident qu’elles disposent de ressources proportionnellement bien plus importantes que nous et qu’elles ont plus de facilités à répondre aux besoins de leurs habitants en situation précaire, à condition qu’elles en aient la volonté.

Cela nous amène à considérer que la méthodologie utilisée, si elle est objective, n’est à l’évidence ni pertinente, ni équitable.

Concernant plus particulièrement la situation de Cendras, si notre commune est exclue de la géographie d’intervention de la politique de la ville, cela va se traduire par la perte de plusieurs dizaines de milliers d’euros (directement ou indirectement), en particulier pour les associations et essentiellement pour le Centre Socio-Culturel qui anime les actions en direction des enfants, des jeunes et des familles tout au long de l’année.

Ainsi, les actions si utiles et si nécessaires en direction notamment des familles les plus en difficulté devront être arrêtées et l’existence même du Centre sera du même coup menacée tant sa situation financière est fragile, d’autant que par ailleurs les aides classiques du département sont à la baisse.

En effet, ce choix de nous exclure de la politique de la ville est concomitant à une baisse des aides du département lui-même en difficulté, à une baisse des dotations d’Etat à l’égard des communes dans le cadre de la politique d’austérité, à une obligation à des dépenses nouvelles pour la commune dans le cadre de la réforme scolaires et de la mise en place d’un projet éducatif territorial.

…./….

On le voit bien, la proposition faite dans votre courrier de nous aider, via un dispositif de veille active, à mobiliser des moyens de droit commun paraît, dans un tel contexte, avoir peu de chance de produire des effets positifs.

Pour toutes ces raisons, et parce que nous ne sommes pas disposés à voir remis en cause tous les efforts faits pendant près de vingt années pour soutenir les familles écrasées par la situation extrêmement difficile que traverse notre ancien bassin minier depuis plusieurs décennies ; parce que nous constatons que tous les indicateurs socio-économiques (chômage, pauvreté, niveau de formation….) sont suffisamment mauvais et que nous sommes bien dans une aire urbaine de plus de 10 000 habitants (d’ailleurs nous souhaiterions avoir de votre part les données précises concernant le fameux carré de 200 mètres de côté qui vous ont amenée à la conclusion de devoir nous exclure, ainsi que le positionnement de ce carré sur notre commune) ; parce que nous constatons que d’autres villes, qui certes ont un quartier avec des populations en difficulté, intègrent la politique de la ville alors qu’elles disposent par ailleurs de ressources bien plus importantes que nous pour répondre aux besoins de ces populations.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons, Madame la Ministre, de maintenir la commune de Cendras dans le dispositif politique de la ville.

En espérant être entendus, et vous assurant de notre volonté acharnée de ne pas laisser tomber la population la plus en difficulté de notre commune, recevez, Madame la Ministre, l’assurance de notre considération distinguée.

 

P/ le Conseil Municipal de Cendras

Y. LOUCHE

MAIRE

 

 

Big bang territorial

 

C’est sous ce vocable que le gouvernement entend imposer à la hussarde, bafouant la démocratie la plus élémentaire, l’effacement des communes, la liquidation des syndicats intercommunaux et des départements, pour redistribuer les compétences aux grandes régions rergoupées d’autorité et aux grosses communautés de communes regroupées aussi d’autorité, si possible en métropoles.

Ainsi il en serait fini de la démocratie de proximité (acquis de la Révolution Française), de la prise en compte de la ruralité et de la libre administration des territoires dans un cadre national et solidaire, ceci pour répondre aux exigences des lobbies financiers via une Europe ultra-libérale à la solde de ces lobbies.

Objectif : mise en compétition systématique des territoires entre eux, primauté à la loi du marché capitaliste contre la vie humaine, privatisation des services publics au détriment du principe d’égalité, élargissement de la sphère de marchandisation.

Et pour être sûr d’arriver à ses fins, le gouvernement coupe d’ores et déjà les vivres aux communes (voir page précédente) et aux départements (voir la situation financière catastrophique du département auquel l’État doit 500 millions d’euros !).

Le conseil municipal de Cendras, tout au moins le groupe majoritaire, va s’engager avec d’autres (via par exemple l’association des communes rurales) contre ces projets de lois aux conséquences désastreuses pour les populations modestes et pour la démocratie.

 

Le Violon dingue, c'est parti!

Mercredi 11 juin

Tout commence par un carnaval !!!

et continue en samba

16h30 Atelier maquillage et déguisement

pour les enfants (Espace Jeunes)

17h30 Départ du défilé dans le village

au son de la Batucada (Départ place de l’Abbaye)

a partir de 19h Soirée inaugurale :

- apéritif dînatoire

- concert Natacha Santos et Verioca

Jeudi 12 juin

Les arts sont brésiliens ! Peinture,sculpture,

littérature, conte et musique à la médiathèque

18h Vernissage de l’exposition présentée du 06 au 21 juin 2014. Peinture de Michèle Paradis et sculptures de Pierre Champclaux

20h Littérature et musique brésilienne

22h Diffusion du match d’ouverture de la coupe du monde

Brésil / Croatie (place de l’Abbaye)

Vendredi 13 juin

Discussion et partage

A partir de 20h30

- exposition « Végétaux en voyage du Brésil au Galeizon : richesses et déboires »

- diffusion du film « Paysans Sans Terre » de Julien Farrugia

- débat sur les difficultés des paysans sans terre au Brésil et sur celle des paysans en Cévennes pour trouver des terres agricoles (Place de la mairie)

Samedi 14 juin

Danse et gastronomie

18h Atelier de capoeira pour petits et grands

16h « Lancé du bouchon » du traditionnel tournoi de pétanque place de l’Abbaye

19h Apéritif au son des bandas

A partir de 20h Repas des dingues. Réservation et choix du plat

au centre socioculturel

21h30 Concert du trio Forro mené par Rita Macedo.

 

Renseignements Centre Socio-Culturel Lucie Aubrac

04 66 78 69 82

 

Le Conseil municipal a élu le maire et les adjoints

Samedi 29 mars à 11 heures, espace Mandela, le nouveau conseil municipal s'est réuni devant une centaine de Cendrasiennes et de Cendrasiens venus assister à l'élection du maire et de ses adjoints. C'est sans surprise (aucun autre candidat ne s'étant manifesté) Yannick Louche, maire sortant, qui a été reconduit dans ses fonctions.

A l'occasion de cette réunion du conseil municipal, avant d'offrir un apéritif à tous les présents, les nouveaux élus ont remercié les anciens qui ne se sont pas représentés, notamment Denis Roudil et Didier Lecuyer.

Un merci tout particulier fut également dit aux animatrices de longue date du CCAS.

 

Une attention toute spéciale  a été accordée à Denis Roudil et Didier Lécuyer.
Une attention toute spéciale a été accordée à Denis Roudil et Didier Lécuyer.
Un bouquet pour les animatrices du CCAS
Un bouquet pour les animatrices du CCAS

La liste conduite par Yannick Louche est élue à 75,78%

La proclamation des résultats
La proclamation des résultats

La liste pour "Un projet de développement durable et solidaire pour les Cendrasiens et le territoire" a était élue hier au premier tour avec 75,78% des suffrages.

Deux élus de la liste "Osons!... Cendras" sont élus.

La liste des conseillers municipaux élus est la suivante:

Louche Yannick, maire sortant.

Soustelle Carole, CM sortante.

André Sylvain.

Bastide Anne-Lise, CM sortante.

Pelorgeas Jean-Marc, CM sortant.

Duvernois Ghislaine, CM sortante.

Champclaux Pierre.

Roudil Magalie.

Livrizzi Roger, adjoint sortant .

Roux Brigitte, adjointe sortante.

Garnier Stéphan.

Gauze Michèle, adjointe sortante.

Richerme Bernard, adjoint sortant.

Mavel Chantal, CM sortante.

Dufourg Bruno.

Ochudlo Denise, CM sortante.

Corbier Jean-Marc.

Belkacemi Kamel.

Aurignac Orphée.

 

Les sept candidats au conseil communautaire (5 titulaires + 2 suppléants) de la liste pour "un projet de développement durable et solidaire..." sont élus:

Yannick Louche.

Carole Soustelle.

Sylvain André.

Anne-Lise Bastide.

Jean-Marc Pelorgeas.

Ghislaine Duvernois.

Pierre Champclaux.

 

La nouvelle équipe municipale remercie les Cendrasiennes et les Cendrasiens pour ce beau résultat. Un conseil municipal exceptionnel aura lieu samedi 29 mars à 11 heures à l'espace Nelson Mandela (ex salle polyvalente). Toute la population y est conviée. A l'ordre du jour: l'élection du maire et des adjoints. Un apéritif sera offert à l'issue de cette réunion.

Bonne année à tous!

Très belle cérémonie des voeux, le 10 janvier salle polyvalente. Le maire a retracé en images une année de vie sociale, politique et associative à Cendras.

Lire le compte rendu dans la presse. Téléchargez ci-dessous.

LMA 0112.pdf
Document Adobe Acrobat 213.1 KB

Callas Nikoff, samedi 30 novembre

Samedi 30 novembre à 20h30, salle polyvalente, concert de Callas Nikoff, quatre chanteuses, comédiennes et musiciennes.

Concert dans le cadre de la programmation culturelle du Pays grand-combien.

Tarifs: 5 et 3 euros.

 

Carlos Santi, guitariste argentin

Mercredi 4 décembre, à 20h30 à la salle des Jonquilles, concert de Carlos Santi.

Carlos Santi est né à Rosario en Argentine. Il a remporté d'importants concours internationaux de guitare, notamment celui du Mozarteum de Salzbourg.

Son répertoire s'étend de la musique baroque à celle de l'Amérique latine.

A Cendras il interprétera Fernando Sor, Manuel Ponce, Albéniz, Tedesco et Dizzy Gilespie.

Libre participation aux frais.

Lire délivre, toutes les images

A lire, le compte-rendu de Lire délivre dans La Marseillaise
LMA 1126.pdf
Document Adobe Acrobat 236.3 KB

Rentrée des classes: une bonne nouvelle

La rentrée des classes s'est bien passée dans les trois écoles de la commune: la classe unique de Malataverne, la maternelle du groupe scolaire Joliot Curie et la primaire. Pour cette dernière, comme annoncé, l'inspectrice est venu compter les enfants le jour de la rentrée, nous étions en effet sous la menace d'une fermeture de classe. Les parents mobilisés étaient là pour réaffirmer leur détermination à garder les cinq classes (une par niveau). Le soir même ma bonne nouvelle arrivait: les cinq classes sont maintenues!

Un joli Rambal à Malataverne

C'est maintenant une habitude, une bonne habitude, c'est avec le groupe Coriandre comme chaque année, que le Rambal de Malataverne a passé la soirée du 6 juillet en danse et en musique. Une belle soirée d'été.

Le repas des dingues, tout en images

Le violon dingue dans la presse!

A lire, La Marseillaise du Gard du 03 juin 2013
LMA 0603b.pdf
Document Adobe Acrobat 363.0 KB

Inauguration de l'escalier de l'école

inauguration escalier école

Très jolie décoration de l'escalier de l'école primaire, inaugurée samedi 1er juin en fin d'après-midi. Réalisée par les parents d'élèves sous la conduite du centre socioculturel, avec l'aide de Palmyre Pradeille

Violon Dingue 2013, c'est parti!

Superbe lecture de rue du texte de Magyd Cherfi, Livret de famille par la compagnie des Arts oseurs, en ouverture du Violon dingue 2013, samedi 1er juin. La fête se poursuit pendant 15 jours!

Ateliers et expositions vous attendent durant ces 15 jours en plusieurs endroits du village. Tous renseignements et départ de la visite au centre socioculturel Lucie Aubrac.

Soirée inaugurale qui s'est terminée de façon fort sympathique autour de quelques tartines et de bonne musique.

Agenda

La météo du jour

Mai

 

Vendredi 06 Mai de 14h30 à 17h:

Bourses aux semences

Groupe Troc & Dons des Jardins du Galeizon.

Lieu : Anciens Jardins « Barrières tressées » Salle Nelson Mandela en cas de mauvais temps.

 

Lundi 08 mai, toute la journée au parc de Malataverne le traditionnel vide-greniers organisé par l’APE de l’école de Malataverne Renseignements au 07.70.46.50.54. Juin -Jeudi 1er Juin : CCAS Sortie des retraités à Pézenas